Ah tiens, au fait, en France la bulle immobilière vient d’éclater !

Nous nous sentons obligés de le signaler dans la mesure où, très étrangement, personne ne semble l’avoir remarqué.

Les chiffres sont pourtant partout dans la presse : moins 30% de transactions immobilières en 2012 et +0,8% d’augmentation des prix. Or, en toute logique, ces deux données indiquent que l’immobilier en France ne relève plus d’un mécanisme de marché, puisque transactions et prix évoluent en sens contraire. Partant et pour la même raison, on ne peut plus parler de « bulle » spéculative.