Surprise ! Quelle confiance les jeunes Américains accordent-ils aux marques bancaires?

Le spécialiste des stratégies de marque BrandCap a créé un intéressant « index de proximité aux marques » (nous traduisons ainsi librement son « Relatability Index ») et l’a soumis à des représentants des Millenials et de la Génération Z (soit les 18-34 ans), les invitant ainsi à désigner les marques bancaires dont ils se sentent les plus proches. Avec pour résultats, une surprise de taille !

Non, le pouvoir d’achat immobilier des Français n’a pas augmenté depuis dix ans!

Tout va bien ! C’est en tous cas ce que l’on peut lire sur le site d’actualités de Boursorama : « En dix ans, le pouvoir d’achat immobilier des Français a augmenté de 40% en moyenne, selon une étude de Meilleurtaux.com. » Nous vivons donc dans un monde formidable où la baisse des taux d’intérêt nous permet de nous loger mieux que jamais. A moins qu’il n’y ait un loup quelque part…

Pourquoi les banques équipent-elles désormais leurs espaces de détente de babyfoots!?

Pour attirer les nouvelles compétences informatiques et digitales dont elles ont besoin et retenir les talents, les banques se mettent de plus en plus à imiter les startups et les GAFA pour l’aménagement de leurs locaux. Apparaissent ainsi des espaces de détente équipés de consoles de jeux, de cabines de sieste, sans oublier les tables de ping-pong et de billard.

Les 5 problèmes de la personnalisation des offres

Nous traduisons ci-dessous un article de Ron Shevlin (l’un des commentateurs américains les plus suivis en matière d’évolutions bancaires) qui prend à rebrousse-poil les recommandations actuelles en matière de personnalisation des offres et écorne au passage les discours des consultants. Attention, certaines formules sont susceptibles de choquer ceux qui pensent que tout ce qui est nouveau est moderne et que ce qui est communément répété est forcément vrai !

Raisin. Les faux-semblants de l’open banking.

En rachetant la banque francfortoise MHB, la fintech allemande Raisin/WeltSparen – une marketplace de comptes d’épargne à terme désormais présente dans plusieurs pays européens – vient de réaliser un joli coup de communication. Comment la presse, aussi, pourrait-elle ne pas souligner l’événement hautement symbolique d’une fintech rachetant une banque ? Et quelle fintech : la plus connue de l’open banking ! La plus immédiatement associée à cette architecture ouverte qui est en train de changer la banque. Pourtant, si l’on considère les choses de près, il n’y pas vraiment de quoi s’emballer !