Redynamiser les prêts étudiants?

En France, le prêt étudiant vit tranquillement sa vie. Seulement 6% à 7% des étudiants y ont recours (contre 60% aux Etats-Unis) et le chiffre a fortement baissé avec la crise (ils étaient 11% il y a dix ans). C’est dans les Ecoles de commerce qu’on trouve le plus grand nombre d’emprunteurs (17% des étudiants). Au total, les élèves des Grandes Ecoles concentrent 60% des encours. Rien de bien bouleversant, en somme. Les exemples ci-dessous peuvent-ils redynamiser ce marché ?

Quels impacts ont l’âge et le niveau de revenu sur la fréquentation des agences?

Une réalité affecte désormais tous les réseaux d’agences bancaires : 24% des clients (21% en 2015) se rendent désormais moins d’une fois par an dans l’agence qui détient leur compte principal. On peut donc estimer que pour l’essentiel de la clientèle, la fréquentation de l’agence devrait se stabiliser autour de 2 à 3 visites au maximum par an. A l’occasion d’un point avec son conseiller, ainsi que d’une ou deux demandes liées à un projet ou un problème particulier. A partir de là, quels poids ont sur la fréquentation d’autres déterminants tels que l’âge, le niveau de revenu ou tout simplement l’implantation des agences ?

Relation client : la dimension psy va-t-elle devenir essentielle?

Depuis quelques années, mais encore très peu en France, quelques banques n’hésitent plus à psychologiser les relations qu’elles entretiennent avec leurs clients. Elles sondent leurs motifs,  apprécient leurs comportements et proposent de les aider à les corriger. Quand le banquier devient nounou ou tuteur… Y compris au quotidien.