Taux négatifs : quels impacts pour les banques et leurs clients?

En septembre 2014, le taux de rémunération des dépôts au jour le jour des banques auprès de la BCE est passé à -0,20 %. Les banques doivent donc payer pour placer leurs liquidités auprès de la BCE. L’Euribor et l’Eonia sont devenus négatifs. D’après Bloomberg, plus du quart des emprunts d’Etat dans le monde (dont la France pour une fraction de sa dette) affichent désormais un rendement négatif. Pour les banques, tout cela pourrait avoir des conséquences considérables.

Et si les banques s’inspiraient de ce qu’il se passe sur le marché de la musique?

Bien sûr, tenter des rapprochements entre le marché de la musique et celui des services financiers peut paraître hasardeux, pour ne pas dire un peu tiré par les cheveux. Pourtant, les deux marchés ont plus d’un point commun et ils partagent particulièrement celui d’avoir été et d’être complètement redéfinis par la digitalisation de leurs supports. La musique a subi cette transformation bien avant les services financiers. C’est pourquoi ses évolutions récentes sont particulièrement intéressantes pour ces derniers.

BankAmeriDeals. Les banques vendent de l’espace publicitaire

C’est un aspect sur lequel nous insistons parce qu’on en parle peu, alors qu’il change considérablement, sous nos yeux, les pratiques bancaires les plus basiques. Les banques deviennent des places de marché, des banques superstore. Avec les CLOs, les offres liées à la carte, notamment, les paiements deviennent inséparables d’un projet de dépense ou d’un acte d’achat précis, assortis d’un « bon plan », d’une promotion. Vous en doutez ? Il suffit pourtant de jeter un œil sur la page d’accueil du site de BNP Paribas. Les « bons plans » y apparaissent désormais parmi les principaux onglets. Qui l’avait prévu ?

Psychanalyse des clients des banques

Dans le domaine bancaire, beaucoup des grands rapports qui sont inlassablement publiés sont décevants. Ils n’apportent pas grand-chose et, à cet égard, il sera difficile cette année de battre celui publié par Bacs en mars 2016 (Why people don’t switch current account). A contrario, en octobre dernier, Wincor Nixdorf et Opinion Way livraient une surprenante étude sur la fréquentation des agences bancaires qui, interrogeant les clients des banques françaises, faisait apparaître un véritable « retour du refoulé », comme disent les psychanalystes. Des éléments qui permettent de répondre à la question que pose justement le premier rapport : pourquoi, alors qu’on a tout fait pour le faciliter, si peu de clients changent de banque ?

Les banques fournisseuses d’identité numérique?

Depuis des années, lorsqu’on envisage l’avenir de leurs métiers avec des responsables bancaires, la perspective revient inévitablement : les banques ont certainement davantage un rôle à jouer en tant que tiers de confiance vis-à-vis de leurs clients. Pourtant, alors qu’un tel rôle se précise particulièrement aujourd’hui en matière de délégation d’authentification numérique, les propositions des banques ne se bousculent pas !

Atom Bank. Et voilà à présent la « banque conceptuelle »!

Un peu comme avec l’art conceptuel les caractères esthétiques d’une œuvre passent au second plan (est-elle belle ? bien exécutée ?, etc.) derrière l’idée que l’œuvre porte et le regard nouveau qu’elle pousse à avoir sur l’art lui-même, voilà une néo-banque anglaise pour laquelle les aspects bancaires (produits et services) semblent assez secondaires et qui cherche avant tout à offrir une vision nouvelle de la banque, une expérience inédite des relations bancaires.

Bien qu’initiée par de solides routiers de la finance britannique, Anthony Thomson (cofondateur de Metro Bank) et Mark Mullen (ex CEO de First Direct/HSBC), on dirait qu’Atom a été conçue dans une Art School. Comme si l’on avait demandé à des étudiants des Beaux-arts d’inventer la banque de demain. Et cela va loin – enfin (Atom n’a pas encore démarré), le concept.

Les banques superstore de demain

Nous vous parlons souvent du développement de supermarchés bancaires, ces plateformes en ligne qui vendent des produits financiers de toutes marques. A l’échelle mondiale, une tendance encore plus forte s’affirme : les banques qui vendent de tout, les banques supermarchés. Nous n’y sommes pas tout à fait encore sans doute mais la banque superstore s’installe un peu partout… ailleurs que dans les pays occidentaux ; ce qui ne veut pas dire que ceux-ci y échapperont, au contraire. Comme vous visitez peut-être rarement les sites des banques asiatiques, sud-américaines ou africaines cette tendance a pu vous échapper. Petit tour d’horizon.

Sesame Credit : Big Brother is fun ! Mais les banques joueront-elles le jeu jusqu’au bout?

Qui s’intéresse aux évolutions qui frappent actuellement le monde bancaire ne peut manquer de se pencher un instant sur le stockage et l’analyse de nos données personnelles qui, dans un but commercial ou plus largement et insidieusement de surveillance des comportements, se mettent en place avec le Big Data. Alors que des dispositifs de ce type commencent à apparaître, il est frappant de constater que tout part des banques mais leur échappe. Comme si, bientôt, notre credit score devenait trop important pour ne regarder que les banques. C’est en tous cas ce qu’amène à considérer le système chinois Sesame Credit, dont il serait hasardeux d’affirmer que, sous une forme ou une autre, il ne pourra trouver des équivalents en Occident.

Eviter le Big Data bourrin!

Ces dernières années ont vu l’émergence du Big Data, pour le moment essentiellement à travers des cookies qui scrutent nos activités en ligne. Vous venez de consulter ou d’acheter un article sur un site ? Sur les autres sites que vous consultez ensuite, vous retrouvez, en bandeau publicitaire, le même article ou d’autres plus ou moins similaires. Sur le Net, nous sommes devenus des produits ! Sous forme de données, tout ce qu’on y fait est recueilli et vendu à des sociétés commerciales. Le but du Big Data est de parvenir à définir des offres personnalisées qui collent aux attentes et aux besoins des clients. Mais on subit plutôt un marketing particulièrement bourrin. Un marketing de masse avec lequel, comme pour les spams, la diffusion de messages est d’autant plus soutenue que les retours sont faibles. Avec, en plus, la sensation d’être espionné en permanence. Comment faire autrement ?

Services partagés en Pologne – Exemple à suivre

Le développement de l’industrie des services aux professionnels en Pologne ne démarre qu’au début du 21e siècle et ce secteur est déjà reconnu par les experts comme un marché mature et destiné aux projets mondiaux, avec d’excellentes perspectives de croissance continue dans les années à venir. Le développement rapide du secteur est une bonne surprise pour la Pologne, il est déjà à parts égales avec l’industrie automobile polonaise en ce qui concerne la création d’emplois et il est en train de devenir l’une des principales branches de l’économie du pays. Description d’un exemple à suivre et à répliquer aussi en France.

Externalisation des métiers bancaires : où en est-on en France aujourd’hui?

En 2015, le nouveau patron de Deutsche Bank, John Cryan, constatait à son arrivée que l’établissement disposait d’une « informatique complètement dépassée » et, pire encore, que la gestion externalisée de 80% des 7 000 applications du Groupe s’était soldée par une perte quasi-totale de compétences internes. Dans ces conditions, John Cryan décidait de réaliser une économie d’1 milliard € en ne reconduisant pas les contrats de 6 000 de ses… 30 000 prestataires externes. Cela sonne-t-il le glas des grands contrats d’externalisation ? En France, il y a cinq ans, beaucoup attendaient une large vague d’externalisation d’activités dans les banques, commandée par la crise mais qui n’est finalement pas venue.

Le Compte Nickel : une vision optimiste

On nous a reproché d’être trop sévères, dans l’un de nos derniers billets, avec le Compte Nickel. Il est vrai que nous sommes assez dubitatifs quant à la possibilité, pour ce genre de solutions, de rencontrer plus qu’un succès d’estime. L’une de nos collègues, cependant, ayant eu à le tester, a tenu ci-dessous à marquer sa satisfaction, tout en se demandant au passage pourquoi les banques ne délivrent pas un service comparable. Pour notre collègue, en tous cas, il y a toutes les raisons d’être optimiste sur le Compte Nickel, qui n’est pas qu’un « compte pour les interdits bancaires et autres populations en situation financière fragile ».

La Caisse d’Epargne innove (vraiment) à Nuits-Saint-Georges

La Caisse d’épargne Bourgogne Franche Comté a récemment lancé un nouveau modèle d’agence, un concept store, à Nuits-Saint-Georges. Plutôt discrète, l’initiative pourrait presque passer inaperçue. Pourtant, alors que la plupart des banques françaises ont aujourd’hui arrêté les premières orientations d’évolution de leurs réseaux d’agences, l’approche de la CEBFC est particulièrement intéressante.

L’étonnante dernière campagne publicitaire d’Hello Bank

Dans sa dernière campagne publicitaire, Hello Bank, banque sur mobile et filiale à 100% de BNP Paribas, annonce que ses clients peuvent déposer leurs remises de chèques dans les agences du réseau BNP Paribas. Cela peut paraître tout à fait anecdotique et vous vous demandez sans doute pourquoi nous le signalons. Parce que c’est toute une évolution possible du paysage bancaire français qui se laisse deviner ainsi.

La robotisation annoncée des métiers bancaires

Il y a quelques mois, Quicken Loans, un acteur important des prêts immobiliers aux USA, a lancé son appli Rocket Mortgage, qui promet une réponse de principe à une demande de prêt en moins de dix minutes. Quicken Loans a appuyé ce lancement par une campagne de publicité assez massive et les critiques n’ont pas tardé : on accuse Quicken Loans de précipiter une nouvelle crise immobilière ! Cependant, si Rocket Mortgage devait déclencher une crise, elle serait plutôt bancaire.

Découverte récente dans l’Oklahoma: les banques peuvent avoir une personnalité!

Depuis quelques années, certaines banques ont choisi de mettre leurs personnels – surtout leurs personnels d’agence – en vitrine. Dans la plupart des cas, notamment en France, c’est encore bien timide : une simple photo de l’équipe sur un coin de mur pas trop en vue. Cela n’en recouvre pas moins un enjeu important, essentiel même : alors que leur fréquentation baisse inexorablement, faut-il équiper les agences d’écrans, d’appendices numériques ou les dédier avant tout au contact humain, ce qui conduit à identifier l’agence à une équipe, à un pool de compétences ? Allons même plus loin : le développement des canaux digitaux ne va-t-il pas totalement banaliser les banques et les obliger, en conséquence, à revendiquer une personnalité propre ? Un minuscule Credit Union de l’Oklahoma, Citizens Bank of Edmond (250 millions $ d’actifs ; 70 employés) montre comment l’on peut faire. Son site mérite à cet égard une visite. Mais, attention, vous allez sans doute y passer plus de temps que vous ne le prévoyez !

Innovation financière: et si c’était les clients qui étaient en retard?

Dans un récent et stimulant billet, Ron Shevlin pose cette question : ce qu’attendent les clients des banques de détail compte-t-il vraiment ? Les enquêtes d’opinion, en tous cas, n’apprennent en général que des banalités, note Shevlin. Une large majorité veut un service clients de qualité. Beaucoup de banques sont-elles convaincues du contraire ?! Comment les clients pourraient-ils véritablement savoir ce qu’ils veulent de nouveau tant que cela ne leur est pas proposé ? La question est pertinente. Avant, on pouvait vouloir écouter de la musique en faisant du jogging ou emprunter de l’argent à d’autres particuliers sans en demander aux banques mais personne, avant leur apparition, ne voulait précisément le walkman ou le crowdfunding ; à ce point que, dans le cas du walkman, les études de marché étaient plutôt défavorables, ce dont Akio Morita, le patron de Sony, se moqua. On pourrait en tirer ce principe : en matière d’innovation, les clients sont toujours en retard ! Et, pour les innovations financières, cela changerait assez la manière dont on voit actuellement les choses.

Orange lance sa banque. Quelle drôle d’idée!

Il y a quelques jours, les pays de l’Union du Maghreb Arabe ont créé une banque commune d’investissement et de commerce extérieur, la BMICE, dont la création avait été décidée en… 1991 et les statuts signés en 2006. Une banque née avec 25 ans de retard donc. La banque Orange évoque un peu la même chose. On croirait un projet du début des années 2000, quand tout le monde voulait se lancer dans la banque, qui ne serait réalisé qu’aujourd’hui. Mais autant, pour la BMICE, mieux vaut tard que jamais, autant, dans le cas d’Orange, on a envie de demander si c’est vraiment sérieux ! Car qui attend une nouvelle banque aujourd’hui ?

Paiement sans contact: un échec qui en annonce d’autres?

Depuis plus de cinq ans, ancré dans nos nouveaux comportements digitaux, le paiement sans contact est censé rapidement se développer, s’imposer. Aujourd’hui, cependant, alors que la majorité des cartes et des mobiles (mais pas des commerçants) sont équipés NFC, le sans contact ne représente au mieux, mondialement, que 3% des paiements.

Pour les banques, qui l’ont largement promus, c’est un échec, qui n’a pourtant rien de très surprenant. Il faut une génération pour qu’un nouveau mode de paiement s’impose véritablement. Toutefois, si cela s’est toujours constaté jusqu’ici, aucune fatalité ne l’impose et l’on ne peut reprocher aux banques d’avoir voulu raccourcir ce délai. La manière dont elles s’y sont prises, en revanche, appelle plus de remarques et, alors que bien d’autres mutations doivent être engagées (réseaux d’agences, omni-canal, nouveaux outils digitaux, …), paraît de mauvais augure.

BRRD : quand, inaudible, la réglementation bancaire devient dangereuse!

La BRRD (Bank Recovery and Resolution Directive), adoptée définitivement par le Parlement européen le 15 avril 2014, a été transposée en droit français par une Ordonnance du 21 août 2015. Elle entrera en vigueur le 1er janvier 2016. Les deux principales orientations de cette Directive, annoncées depuis plusieurs années, visent 1) à éviter le renflouement aux frais des contribuables (bail-out) des banques en cessation de paiement et 2) à mieux protéger les déposants. Pourtant, les articles qui se multiplient en ce moment à ce sujet donnent à entendre un son tout différent. « Les banques programment le vol de leurs clients », lit-on en gros titre dans le courrier des lecteurs de Marianne. Une « loi irresponsable », une « folie », lit-on encore sur le Blog du Cercle des économistes. Qui croire ?

Innovation financière : le péril jaune!

Parmi les études les plus intéressantes parues cette année sur les évolutions et stratégies bancaires, il y a celle rédigée par deux sociétés de conseil chinoises (des consultants qui travaillent ensemble ! On innove vraiment en Chine…) et publiée par Innotribe The Platform for Disruption. How China’s FinTech will change how the world thinks about banking (accessible ici).

Alors que l’on se demande encore en Occident si les Apple, Amazon et autres remplaceront demain en large partie les banques classiques, cela est déjà le cas en Chine, souligne l’étude. Et cela montre que l’Occident, au fond, n’a pas une bonne approche de l’innovation. Certes, écrite par des consultants chinois, l’étude n’est pas sans partis pris. Ses arguments ne sauraient cependant être négligés.

MiFID/MiFIR, EMIR, IFRS 9, etc. jouent leur rôle et mettent les dérivés sous les projecteurs réglementaires

Alors que le rôle des produits dérivés dans la crise des subprimes a été largement analysé et débattu, il est également important de mettre en évidence les initiatives réglementaires et ce qui sera ainsi le « new normal » pour les produits dérivés sur l’ensemble de la chaîne opérationnelle et de la chaîne de valeur des établissements y recourant.

S’intéresse-t-on vraiment à l’innovation en France?

En France, on compte un certain nombre de startups prometteuses. Toutefois, comparées à celles d’autres pays européens – allemandes, suédoises ou espagnoles, particulièrement – elles sont souvent sous-capitalisées et peinent à acquérir rapidement et même d’emblée une dimension plus qu’hexagonale, voire même locale. D’un autre côté, on a de nombreux rapports sur l’innovation. Ce qui…

Restructuration des réseaux d’agences: les vrais déterminants sont d’abord géographiques

On n’en parle jamais ! Pourtant, le constat s’impose. Les réseaux d’agences bancaires ont été bâtis sur un présupposé simple : en matière d’épargne comme de crédit, l’offre bancaire doit être universelle. Elle correspond aux besoins de tous les territoires et doit seulement, en termes de distribution, être proportionnée au nombre d’habitants et d’entreprises. Le problème est qu’un tel présupposé ne correspond plus du tout à la réalité géographique de la France d’aujourd’hui !