Les monnaies locales virent au gadget. Dommage !

La presse a annoncé hier que, dès novembre prochain, la ville de Montreuil (Seine-Saint Denis) mettrait en circulation une monnaie locale et qu’il deviendra possible de payer en « pêches » plutôt qu’en € chez une trentaine de commerçants volontaires, ainsi que dans les centres municipaux de quartier, ce qui serait une grande première en France. Il faut sans doute s’attendre à voir se multiplier ce genre d’annonces et de « premières » car les monnaies municipales fleurissent actuellement : « monnaie de Rouen », « Stück » de Strasbourg, « Eco » d’Annemasse, « Touselle » à Comminges, etc. Mais quel intérêt ?

Swift : la vraie révolution des paiements?

SWIFT (Society for Worldwide Interbank Financial Telecom) est un réseau interbancaire mondial de communication. Un système très sécurisé d’échange d’informations entre les banques qui en sont membres, qui leur permet de traiter leurs opérations. Aujourd’hui, 90% du financement du commerce international passe ainsi par Swift.

Il y a quelques mois, Swift et la Chambre de commerce internationale (ICC) ont officiellement lancé le « BPO » (Bank Payment Obligation) qui a vocation à se substituer aux crédits documentaires tels qu’ils sont actuellement réalisés. Présenté ainsi, le sujet est assez aride et, de fait, il n’a été relayé que par la presse spécialisée dans les techniques du commerce international. Pourtant, le BPO offre un modèle qui, demain, pourrait bien valoir pour l’ensemble des paiements.

Banking for Seniors ? Not quite

An elderly woman sent this letter to her bank manager. The bank manager thought it amusing enough to have it published.
Is it real ? Did a woman really send it ? Perhaps, but it doesn’t really matter. There are at least two excellent reasons to read it : 1/ it’s quite funny 2/ many customers, not only seniors, would certainly adore to send such a letter to their bank manager.
Bankers should take notice.

La bourse ne croit plus aux banques

Savez-vous ce qu’est le « béta » d’une action ? C’est un coefficient qui mesure la volatilité d’un titre par rapport à un cours de référence. Un béta de 0.5 par rapport au CAC 40, par exemple, indique que lorsque le CAC varie de 1%, le titre connait une évolution moitié moindre en moyenne. Plus son béta est faible, plus une action est « défensive », plus elle représente un placement refuge face aux à-coups du marché. Ceci posé, savez-vous quelles sont les valeurs du CAC 40 dont les béta sont les plus élevés en cette rentrée 2013 ? Ce sont toutes les financières avec dans l’ordre : Natixis (un béta de 1,49), Axa (1,58), BNP Paribas (1,81), Crédit Agricole (1,82), Société Générale (2,04). En 2005, le béta du Crédit Agricole était à 1,03, celui de BNP Paribas à 1,05 et celui de la Société Générale à 1,1. Qui l’aurait cru ? En moins de dix ans, les valeurs financières sont devenues les plus volatiles de l’indice parisien. L’observation peut paraître anecdotique. Elle est pourtant essentielle et semble témoigner d’une évolution structurelle et non seulement conjoncturelle : le marché ne croit plus aux banques ! Que s’est-il donc passé ?

Towards Crowdbanking. Why banks should appropriate crowdfunding?

Many think that lending and equity-based crowdfunding are disruptive technologies for the banking industry with the potential to displace banks as the primary source of funding for personal and small business loans.

Like banks, lending and equity-based crowdfunding provide financial intermediation services to business and individuals; however, they do it in a different way. Crowdfunding relies on the internet to connect potentially large pools of business and individuals with capital/investment needs. Thus, lending and equity-based crowdfunding platforms have become attractive alternatives for small businesses who would find very difficult to get a bank loan.

Et si faire un dépôt, en plus d’être facile et pas cher, pouvait rapporter gros ?

Actuellement, dans le domaine bancaire, la gamification est tendance et il faut sans doute s’attendre à ce que les banques dégagent prochainement des budgets assez conséquents pour développer, un peu toutes ensemble, les mêmes petits jeux en ligne. Cela avec le risque de découvrir finalement qu’il s’agit là de gadgets onéreux, pertinents tant que peu d’établissements les proposent mais dont l’intérêt commercial est limité.

En revanche, l’idée d’introduire une notion de jeu, de chance dans les produits bancaires classiques est sans doute beaucoup plus porteuse. Epargner correspond à un effort, un renoncement, voire à un sacrifice. Ne peut-on en faire également quelque chose d’un peu excitant ?

Votre banquier à domicile

L’idée est très simple : et si vous pouviez rencontrer votre banquier hors de ses murs, dans un café ou chez vous, là où cela vous est le plus commode, tandis que les horaires de votre agence ne vous conviennent pas forcément ? Sauf si vous êtes client d’une banque de gestion de fortune, il est très peu probable que vous ayez cette possibilité.

Demain, quand on s’endettera pour se soigner.

Plus de 140 personnalités ont récemment signé une pétition pour réclamer un débat public sur la santé, s’inquiétant de la montée en charge des complémentaires santé dans le remboursement des soins.

S’ils savaient ! Demain, très probablement, le marché de la santé fera une large part non seulement à ceux qu’ils appellent, non sans un certain effroi et assez limitativement les « assureurs privés » (leur assimilent-ils les institutions de prévoyance ?) mais encore aux banques…