Récemment, un lecteur étranger nous a posé la question suivante : « d’après l’un de vos derniers billets, beaucoup d’établissements bancaires français vous paraissent en panne stratégique et vous semblez douter que les grands Plans, dont les banques sont coutumières, puissent vraiment y remédier. Malgré tout, quel est selon vous l’établissement français dont la stratégie se distingue actuellement le plus de celle des autres ? ». Nous lui avons répondu que pour nous, sans hésitations, le Crédit Mutuel Arkéa poursuit la stratégie la plus innovante, non seulement en France mais par rapport à la plupart des exemples étrangers que nous pouvons connaître.

 

Le Crédit Mutuel Arkéa – faut-il le rappeler ? – réunit les fédérations du Crédit Mutuel de Bretagne, du Sud-Ouest et du Massif Central, ainsi qu’une vingtaine de filiales spécialisées. Il a adopté un plan stratégique « Horizons 2015 », structuré autour de quatre axes :

Parmi les banques françaises, le quatrième axe retenu est le plus original car, si de plus en plus de banques comprennent aujourd’hui que l’externalisation les concerne en tant que prestataires, le Crédit Mutuel Arkéa est le seul à faire ainsi de la gestion de services financiers sous marque blanche un axe aussi fort, à travers ses filiales Procapital Securities Services (sic), Monext, Armoney et Arkéa Banking Services, prestataire auprès des grands remettants d’opérations bancaires (organisme de sécurité sociale, caisse de retraite…), des acteurs de la grande distribution et du e-commerce, ainsi que d’autres banques, comme RCI Banque (offre « Zesto ») et PSA Banque (offre « Distinguo »).

Cette approche n’est cependant que l’un des quatre axes d’une stratégie qui demande à notre avis, pour être pleinement appréhendée, qu’on pose une question simple : quels éléments feront la valeur d’un établissement bancaire demain ? On peut en compter au moins quatre :

  • la pertinence de ses produits
  • ses réseaux de distribution, organisés selon une vraie logique multicanale
  • la capacité à apporter facilement des offres variées, ouvertes, en complément de ses produits et services classiques et en fonction des attentes des clientèles
  • le fait enfin de disposer de compétences et d’outils de pointe.

Or, telle que nous la comprenons, la stratégie du Crédit Mutuel Arkéa nous semble répondre précisément à ces quatre enjeux, de manière originale et tout en profitant du positionnement propre de l’établissement, coiffant trois fédérations bancaires distinctes :

  • 1°) la conception des produits doit être parfaitement en prise avec le terrain.
  • 2°) le réseau de distribution multicanal doit être géré à différents niveaux complémentaires mais autonomes – ainsi de la banque en ligne (Fortuneo), de la banque pour jeunes (Bemix), de nouvelles agences pour entreprises et professionnels, …
  • 3°) il importe de pouvoir développer facilement, de tester, des offres nouvelles, innovantes et complémentaires par rapport aux produits et services financiers, des opportunités qui renforcent l’ancrage local et capitalisent sur la relation client (service de téléassistance à domicile, portail d’annonces immobilières du Crédit Mutuel de Bretagne, …).
  • 4°) travailler pour des tiers a pour effet de renforcer en interne compétences et niveau d’exigence des métiers, faisant de la position de prestataire un véritable levier des ressources humaines et techniques.

A notre connaissance, aucun autre établissement français n’a aussi clairement défini un mix stratégique en prise avec l’évolution des métiers bancaires, ni ne s’est aussi clairement positionné sur les nouveaux fronts des stratégies clientèles, de l’externalisation, du sourcing des compétences. Il sera donc très intéressant de suivre l’évolution de cette stratégie, notamment en ce qu’elle semble appeler un renouvellement assez profond des indicateurs d’activité et des objectifs métiers, et tandis que sa dimension partenariale devra sans doute jouer dans les deux sens, passé un certain niveau de développement.

Guillaume ALMERAS/Score Advisor

 

Bookmark and Share