En quelques années, les échéances modulable se sont imposées en matière de crédits immobiliers. La quasi-totalité des établissements bancaires proposent désormais cette possibilité pour les prêts immobiliers, qu’ils soient à taux fixe ou à taux variable. Allant dans le sens d’une plus grande personnalisation des relations bancaires et participant de la plus forte implication des clients dans la gestion de leurs opérations bancaires promue par la banque en ligne, les crédits à échéances flexibles répondent pour les emprunteurs à des situations ponctuelles (baisse de revenus) autant qu’à des évolutions structurelles (fin des allocations familiales, passage à la retraite). Ils apportent en ce sens une sécurité précieuse en temps de crise et on les voit apparaître aujourd’hui hors du cadre des emprunts immobiliers.

Le Crédit municipal de Paris a ainsi lancé « réducto Flex », une formule de rachat de crédits par paliers : les mensualités de remboursement évoluent (en hausse ou en baisse) au gré des emprunteurs pour répondre à leurs capacités financières.

Le Crédit Mutuel développe des formules modulables pour les professionnels :

La banque allemande Team ! Bank AG propose la flexibilité pour de simples crédits à la consommation (dont elle est devenue le 3° acteur en Allemagne) :

En fait, on voit mal pourquoi ces formules modulables ne deviendraient pas la norme dans la plupart des crédits, sinon parce qu’elles se heurtent, chez beaucoup d’établissements, à la rigidité des systèmes informatiques. Toutefois, si cela peut sans doute retarder le développement de ces formules, cela ne devrait justement pas les empêcher de se développer, tant elles illustrent bien comment les SI bancaires doivent aujourd’hui évoluer, pour répondre à la personnalisation croissante des relations bancaires, en rompant avec les services et les produits uniformes.

Guillaume ALMERAS/Score Advisor

Bookmark and Share