The Financial Brand a récemment publié les résultats de son 3° sondage annuel « State of Marketing in Retail Banking », auquel ont participé près de 300 marketeurs de banque, essentiellement aux USA (77%) mais aussi en Europe, au Canada et en Asie.

 Les principaux problèmes dont les sondés font état concernent :

  •  La réduction de leur budget (lequel représente en moyenne 0,1% du total des actifs)
  • L’insuffisante capacité à apprécier les résultats des actions de marketing, pour justifier des budgets plus conséquents. A cet égard, une intéressante batterie d’indicateurs est fournie :

  • Les bases de données clients mal fournies et incomplètes, ainsi que les limites des outils d’analyse existants – ce qui témoigne que, dans la plupart des banques, le big data n’est et ne sera prochainement guère une réalité présente.

En regard, on note les faibles scores que réalisent, au titre de challenges majeurs, les médias sociaux, ainsi que le fait de regagner la confiance des clients.

Parmi les objectifs prioritaires, la nouveauté, par rapport aux années précédentes, concerne l’augmentation des prêts. Tandis que le cross-selling demeure l’un des principaux objectifs. Mais on note les faibles scores d’objectifs tels que « renforcer la marque » ou « gagner les jeunes ». Plus encore, l’objectif consistant à gagner de nouveaux clients est en perte de vitesse.

Parmi les produits à promouvoir en priorité, le mobile banking occupe la première place et, de manière assez surprenante, les cartes prépayées n’en font plus partie.

En termes de supports marketing, la publicité presse et tv recule sans surprise face aux canaux digitaux et une très intéressante comparaison est présentée quant à l’utilisation des outils de marketing en ligne.  On notera la toujours forte utilisation des emails, malgré des retours de plus en plus décevants  :

Quant à la présence sur les réseaux sociaux, la surprise vient d’une baisse concernant Twitter (-2%) par rapport à l’année précédente, tandis que Google+ est nettement en hausse (+11%).

Enfin, beaucoup d’éléments intéressants apparaissent : suivi de la marque et temps consacré à manager sa présence sur les réseaux sociaux, taille des services marketing. Nous vous les laissons découvrir ci-dessous.

 

T. LOWRY/Score Advisor

 

 

 

 

 

Bookmark and Share