Nous traitons ci-après des crypto-monnaies elles-mêmes et non de la blockchain et de ses applications dans l’industrie financière.

Suscitant actuellement l’intérêt du public mais représentant des placements risqués dans la mesure où l’évolution de leurs cours parait erratique, les crypto-monnaies – et le bitcoin en premier lieu – mettent les banques dans une position difficile pour exercer leur rôle de conseil. A ce stade, la plupart des établissements financiers recommandent ainsi à leurs clients une grande prudence ou les invitent même plus ou moins expressément à ne pas se lancer dans l’aventure.

L’achat de crypto-monnaies semble pourtant devenir un phénomène massif : 20% des Américains en possèderaient et 18% des Brésiliens, 22% des Turcs.

Selon un récent sondage, 32% des Français âgés de 18 à 24 ans en ont acheté ou envisagent de le faire.

Par ailleurs, compte tenu des enseignes commerciales qui, de plus en plus à travers le monde, acceptent d’être payées dans certaines crypto-monnaies (voir ici), on ne peut écarter la possibilité que certaines d’entre elles soient bientôt utilisées à une large échelle comme de véritables monnaies.

Selon le fonds spécialisé Grayscale, plus les crypto-monnaies  attirent des acquéreurs, plus ces derniers diversifient leurs placements et les répartissent entre plusieurs d’entre elles.

Il est donc difficile d’ignorer l’intérêt que suscitent actuellement les crypto-monnaies. Et il est difficile de tenir sur elles des discours entièrement négatifs.

Un certain nombre d’établissements financiers ont donc choisi une autre approche. Ce qui les mène à regarder les crypto-monnaies un peu différemment du consensus.

  • D’abord, la volatilité du bitcoin doit être relativisée. Depuis 2017, le bitcoin suit une tendance fortement haussière, marquée certes par des à-coups (lesquels, sur un marché encore relativement limité, sont surtout provoqués par les prises de bénéfices dès que le bitcoin atteint des niveaux inattendus). Toutefois, les personnes ayant acquis des BTC début 2017 ont eu plusieurs fois l’opportunité de réaliser des gains faramineux sans perdre, à aucun moment, leur mise de départ.
  • Pour beaucoup d’acquéreurs, loin d’être un obstacle, le caractère risqué des crypto-monnaies est justement ce qui en fait l’attrait. Du risque, enfin ! Et des gains à même hauteur.

Dès lors que beaucoup d’acquéreurs y voient surtout comme un jeu, les recommandations de prudence sont peu entendues !

  • En revanche, pour beaucoup de personnes, acheter, vendre et conserver des crypto-monnaies reste compliqué et expose à des risques d’arnaques et de détournements.

 

Ces trois constats inspirent différentes démarches.

  • Familiariser: pour se convertir aux crypto-monnaies, dès lors que l’entrée sur le marché peut paraitre trop complexe, l’aubaine consiste à en recevoir ! Certains établissements se sont ainsi mis à en distribuer comme cashbacks.
  • Accompagner: pour faire face à la volatilité des cours et ne pas se retrouver à hésiter d’acheter des crypto-monnaies en se demandant, sans trouver de réponse, si c’est bien le moment, le mieux est sans doute de se résoudre à y consacrer de petites sommes régulières. Des plans d’épargne peuvent ainsi être proposés.
  • Faciliter: si quelques banques ont entrepris de développer des wallets dédiés aux crypto-monnaies, ces essais ont été pour la plupart abandonnés. Au profit désormais d’une intégration directe dans les applis…

… tout en développant des relais physiques  d’achats/ventes. Automates (quasi inexistants en France, à la différence de nos principaux voisins) ou points physiques.

La conservation des crypto-actifs (crypto custody) voit également apparaitre des solutions intégrables dans des applis plus larges.

  • Sécuriser : en couvrant les risques de détournement et de vol.
  • Permettre et faciliter les paiements: en introduisant l’option d’utiliser des crypto-monnaies dans une appli standard…

… et en proposant un réseau de commerces les acceptant.

Un certain nombre d’acteurs commencent à se mobiliser sur les paiements en crypto-monnaies. Les banques aussi bien que des plateformes spécialisées comme Coinbase (Paysafe Card) ou Ripple (des crédits aux entreprises dans sa propre crypto-monnaie XRP), ainsi que de très gros opérateurs comme Mastercard ou Visa. L’enjeu est en effet d’accompagner la possible mise en circulation prochaine de monnaies numériques émises et gérées par des Banques centrales. Un enjeu potentiellement considérable, qui explique que certains établissements aient choisi d’explorer l’univers des crypto-monnaies sans délai.

*

 

Envie d’en savoir plus, d’aller plus loin ? Contactez-nous.

Nous accompagnons particulièrement vos initiatives et réflexions en phase de recherche (panorama, ciblage, évaluations), en phase de concept (SWOT & personnalisation, Smartees, POC et présentation) et en phase de projet (stratégie, UX, business case).

 

Bookmark and Share