Fondé en 1996 et opérant à partir de San Francisco, Londres et Genève, le fonds d’investissement Index Ventures est présent, avec un certain nombre d’autres, dans des sociétés comme Dropbox ou Blablacar et, dans le domaine financier, dans des startups au capital desquelles les investisseurs se bousculent, comme iZettle ou Clinkle. Mais Index Ventures finance également des solutions plus atypiques, comme Secret, The Climate Corp, Path, Fobo ou Trustpilot.

Largement investi dans les services financiers, le fonds parait y suivre une ligne de conduite assez claire : les banques n’existent plus ou presque ! En tous cas, il est possible de les concurrencer directement en ligne et en low cost. Et à cette ligne de conduite s’ajoute un véritable flair pour découvrir et soutenir des solutions originales et vraiment innovantes, ce qui rend Index Ventures particulièrement intéressant à suivre.

Index_Ventures_logo (2)

Les services bancaires ne sont pas très bons et ils sont chers. On peut trouver mieux ! C’est le principal constat qui se dégage du portefeuille d’investissement d’Index Ventures dans les services financiers. Pourquoi même s’adresser aux banques ? Vous voulez équiper vos enfants d’une carte prépayée, accompagnée d’une appli vous permettant de suivre l’utilisation qu’ils en font. Voyez Opster. Pour vos opérations de change, prenez Oanda. Essayez le crédit direct en crowdlending, que vous soyez une entreprise (Funding Circle) ou un particulier (AuxMoney, en Allemagne). Achetez vos actions avec Robinhood. Pour les commerces, devenez capables d’accepter les cartes bancaires sans terminal avec iZettle. Acceptez les bitcoins (Bitpay et le portefeuille électronique Xapo). Pour vos paiements, utilisez la plateforme Adyen. Pourquoi même utiliser une carte bancaire ? Boku permet aux particuliers de payer avec leur numéro de téléphone en débitant leur compte chez l’opérateur – d’autres le proposent également mais Boku est devenu le leader mondial sur ce créneau.

Tous ces noms représentent autant d’investissements pour Index Ventures et, derrière eux, se dessine un monde où les banques seront de plus en plus et constamment directement challengées par des non banques sur leurs services et leurs tarifs. Aucun autre fonds n’en semble aussi convaincu qu’Index Ventures.

Lentes, attentistes face aux innovations, les banques laissent aujourd’hui les jeunes pousses étoffer rapidement leurs offres, comme iZettle, passé en très peu de temps d’un simple embout permettant de lire les cartes bancaires à une offre de plus en plus complète d’assistance en gestion et marketing. A ce compte, les banques ne pourront pas suivre. Elles devront se rallier aux solutions nouvelles, comme Santander est entrée au capital d’iZettle.

Voici encore TransferWise. Comme beaucoup d’autres startups, celle-ci entend concurrencer les banques sur le marché des transferts internationaux (mais pas tellement sur le marché des travailleurs migrants). Or TransferWise a trouvé une idée très astucieuse lui permettant d’afficher des tarifs imbattables. TransferWise opère comme une chambre de compensation : entre deux zones monétaires, les flux sortants paient les flux entrants et réciproquement. Comme s’il n’y avait pas de transferts !

 trabsferwise

Finalement, ce sont de nouveaux entrants qui, prioritairement, pourraient bien développer les marchés financiers et les banques n’auront alors d’autre choix que de les suivre, se rallier à eux ou subir leur concurrence de plein fouet.

Credit Benchmark développe ainsi une idée aussi simple qu’originale et porteuse : agréger les risques que portent les grandes banques, notés selon la méthodologie IRB de Bâle II, et en déduire un consensus par rapport auquel chaque banque, en retour, pourra se benchmarker. Une telle information, aujourd’hui indisponible, pourrait vite devenir incontournable et les banques ne pourront que suivre.

crédit benchmark

SavingGlobal (qui n’opère encore qu’en Allemagne) développe également une idée simple et porteuse : être un courtier en dépôts, proposant les meilleures rémunérations en mettant en concurrence les banques, y compris les banques étrangères qui, autrement, n’accèdent que difficilement au marché allemand, le plus important d’Europe pour les dépôts. Beaucoup d’entre elles hésiteront-elles à s’y rallier ?

saving global

Pour un prix minime, enfin, WealthFront propose une gestion personnalisée de placements et d’investissements. Le pari est de développer en ligne, pour tous et pour un moindre coût, une offre de conseil et d’assistance aujourd’hui réservée aux clients des banques privées, directement mises en concurrence.

wealthfront

En moins de trois ans, WealthFront a levé plus d’un milliard $ et séduit les jeunes (55% de ses clients ont moins de 35 ans). Des jeunes pour lesquels se tourner vers une banque sera de moins en moins obligé et auxquels, en ce sens, répondent directement nombre des investissements d’Index Ventures ; qu’on peut prendre comme les pièces d’un puzzle dont l’image d’ensemble pourrait bien représenter les services financiers de demain.

Guillaume ALMERAS/Score Advisor.

Bookmark and Share