Ceux qui nous font l’honneur de nous lire ont sans doute remarqué que nous portons un intérêt particulier au Crédit mutuel Arkéa – lequel, précisons-le d’emblée, ne nous le rend pas du tout ! (ce billet n’est donc pas une opération de promotion déguisée).

Cet intérêt est facile à défendre car, ceux qui suivent les innovations bancaires l’auront sans doute également remarqué, le Crédit mutuel Arkéa est derrière à peu près tout ce qui bouge en France aujourd’hui dans le domaine bancaire et même un peu au delà. Il est de tous les bons plans ! On le trouve derrière la plateforme de crowdlending Prêt d’Union comme derrière l’opérateur de paiements Aqoba, derrière le Compte Nickel et les livrets Zesto et Distinguo, derrière Leetchi ou Linxo, Blablacar ou Sarenza, … Et, nous qui rencontrons beaucoup d’initiateurs de startups, les entendons souvent nous dire que, d’une manière ou d’une autre, le Crédit mutuel Arkéa les a approché, s’est intéressé à eux. De fait, aucun autre établissement ne parait aujourd’hui en France aussi vigilant, aussi en prise avec l’innovation. C’est là un positionnement plutôt original pour une banque de province, réunissant les fédérations du Crédit mutuel de Bretagne, du Sud-Ouest et du Massif central.

S’il investit parfois dans certaines startups, directement (Prêt d’Union par exemple) ou à travers un fonds d’investissement comme Isai, le Crédit mutuel Arkéa doit être davantage présenté comme un partenaire que comme un investisseur. L’établissement justifie en effet ce positionnement en estimant qu’investir dans des jeunes pousses n’est pas tellement le rôle d’une banque, dont la mission est davantage de leur fournir tout à la fois des outils quotidiens et un accompagnement de long terme. A travers différentes filiales (Arkéa Banque entreprises et institutionnels, Monext, Arkéa Banking Services, …), le Crédit mutuel Arkéa propose ainsi aux jeunes entreprises innovantes différents services financiers (solutions de paiements, gestion de flux, monétique, …) ; exactement comme il est à même de le proposer, en marque blanche, à des entreprises plus installées, ainsi qu’à des établissements financiers.

Cela définit une stratégie originale qui consiste à fournir des services de masse mais sur-mesure, à une échelle globale en plus de la présence locale de l’établissement, en déployant des compétences internes de pointe malgré un ancrage provincial que l’on pourrait a priori juger limitatif. Loin de subir la concurrence d’offres nouvelles, la stratégie du Crédit mutuel Arkéa lui permet ainsi d’aller au contraire au devant d’elles dans la mesure où l’établissement fait reposer largement sur elles son propre développement.

Une telle vision ne trouve guère d’équivalents. A l’échelle internationale, on peut la rapprocher de celle d’un établissement comme The Bancorp. Mais, au niveau hexagonal, elle est unique. En regard, en effet, trop de banques françaises, surtout les plus grandes, s’acquittent de l’innovation comme d’une obligation à laquelle elles ne donnent pas l’impression de véritablement adhérer. Elles demeurent longtemps attentistes puis se lancent, toutes ensemble généralement, sur quelques produits (portefeuilles électroniques, mPos, …), en appliquant, en fait de réflexion, quelques recettes assez artificielles : recrutement de « geeks » et de spécialiste autoproclamés des nouveaux canaux, solutions développées délibérément à part des autres offres, succès généralement très mitigé et retour à l’attentisme de départ… Par comparaison, quelques établissements (Axa Banque, le Crédit Agricole Pyrénées Gascogne, Boursorama, …) et le Crédit mutuel Arkéa, le premier parmi eux, se distinguent par une vision d’ensemble et surtout par le fait qu’ils font de l’innovation une compétence de Direction générale.

Guillaume ALMERAS/Score Advisor

Bookmark and Share