Le mois dernier, Axa Banque a lancé Soon, une application sur mobile que l’on peut définir comme un ensemble de services liés à une carte et un compte courant. Pour le moment, Axa Banque n’a parlé ni de produits associés, ni de tarifs, ce qui est singulier dans la banque en ligne. Soon innove du point de vue des usages et, de ce point de vue, représente une vraie surprise – en France mais pas seulement.

S’inspirant de plusieurs exemples internationaux, Soon propose, plutôt que l’affichage du solde en compte, la présentation d’un « reste à dépenser » tenant compte des dépenses futures programmées à 30 jours.

A ses différentes dépenses, le mobinaute peut associer une photo (par exemple de l’objet acheté, ou de sa garantie), un commentaire, ainsi que la facture. La capture photographique par mobile est en effet essentielle à la solution : l’ouverture d’un compte pourra se faire entièrement sur mobile, sans papier, par capture des pièces justificatives.

Soon propose également une fonction d’épargne par projet où la somme, épargnée d’un clic, est affectée spécifiquement au financement de ses futures vacances par exemple. Les paiements entre particuliers sont accessibles via une liaison directe avec Paypal (c’est une première en France). Enfin, un moteur de recherche commode doit permettre de naviguer dans l’application et notamment d’y retrouver facilement ses dépenses.

Au total, Soon – qui pour le présent existe surtout à travers un site et une vidéo de présentation (qui plante facilement) – ne peut guère laisser indifférent.

Laissons ainsi, d’abord, parler les grincheux. Ils diront que les banques françaises sont actuellement assez exaspérantes quand elles se réclament d’un esprit geek censé séduire les jeunes mais qui les pousse surtout à reproduire assez naïvement des poncifs : se féliciter d’avoir développé Soon « en mode lean start-up », cela, en 2013, sent le discours de sous-préfecture ! Les grincheux diront encore que se réclamer de l’ouvrage de Richard Thaler et Cass Sunstein Nudge (2009) est bien mais que le lire aurait été encore mieux, dans la mesure où y apparaît notamment une notion de « choice architect » dont différents grands établissements étrangers ont commencé à tirer des innovations plus originales que celles de Soon ; qui reprend en fait celles de Simple, d’AllyBank, les conclusions de l’étude CreditDonkey sur l’épargne, etc.

Maintenant, place ayant été laissée aux grincheux, regardons Soon. Plusieurs choses sautent aux yeux. La première, c’est qu’il ne s’agit pas d’une application bancaire permettant de réaliser des transactions mais plutôt un outil de Personal Finance Management, qu’une startup aurait effectivement très bien pu lancer. A vrai dire, il n’y a pas là de véritable innovation : Boursorama avec MoneyCenter ou Fortuneo avec Budget, proposent des outils de ce genre – des outils qui, pour être véritablement utiles, doivent être multicomptes, ce qui n’a pas été annoncé pour Soon. Mais alors qu’il ne s’agit que d’outils pour ces derniers établissements, Axa Banque en fait une spécificité forte de la relation client. Et, d’un seul coup, tout parait changé ! Le client est mis au centre du jeu : l’interface avec sa banque est un espace customisable, une Timeline qu’il compose à son gré. Réciproquement, la banque lui délivre une information qualifiée : non pas son solde mais son pouvoir d’achat. La dématérialisation, parce qu’elle signifie immédiatement plus de commodité, devient décisive. Et parce qu’elle s’étend aux documents qui accompagnent les paiements, les factures notamment, la gestion de ses dépenses gagne en intelligence en même temps qu’en facilité. L’ergonomie de Soon, elle aussi, marque une nette rupture. Les fonctions classiques de gestion de comptes n’ont pas été transposées sur mobile. L’ergonomie propre aux smartphones a plutôt conduit à revoir complètement les fonctions bancaires. A partir de là – et c’est décisif pour une application de banque en ligne – l’utilisateur sera naturellement poussé à lier Soon aux autres applications non bancaires (Nomao par exemple et pour n’en citer qu’une) qu’il utilise fréquemment pour décider de ses achats ou les réaliser.

Certes, pour vraiment parvenir à tout cela et pour gagner ainsi une clientèle qui potentiellement semble loin de se limiter aux plus jeunes, Soon devra évoluer. Mais Soon vient seulement d’être lancé et, pour qui s’intéresse aux évolutions bancaires, il faut reconnaître que cela faisait longtemps qu’une initiative bancaire n’avait pas poussé à imaginer des options stratégiques aussi multiples et prometteuses.

Guillaume ALMERAS/Score Advisor

 

Bookmark and Share