Un peu de lecture pour ce weekend ?

Deux articles de Forbes qui donnent à réfléchir.

Aux USA, Walmart lance un compte courant. Est-ce important ? A priori, oui, dans la mesure où un acteur comme Walmart est à même d’exercer une concurrence vis-à-vis des banques  bien plus redoutable que celle des fintechs. Cependant, on songe inévitablement que ce n’est pas la première fois qu’un grand distributeur ou un opérateur téléphonique se lance dans la banque et que cela n’a jamais trop menacé les banques. Ron Shevlin regarde toutefois les choses différemment. Il montre que le développement de comptes courants représenterait pour Walmart un enjeu financier très faible. En fait, pour de nouveaux acteurs comme Walmart, les services financiers ne sont désormais réellement intéressants que s’ils s’intègrent à des offres beaucoup plus larges et que c’est sous cette perspective, qui est notamment celle des super-apps, que de nouveaux acteurs peuvent être redoutables.

Voir l’article.

Or, le même jour, un autre article – franchement l’un des plus intéressants que nous ayons vus passer ces derniers mois – va au bout de ce constat : l’intégration de services financiers et seulement eux, qui définit l’offre des banques, comme celle des néobanques, ne se justifie plus. D’où ce titre :

Voir l’article.

Deux papiers sur un thème décisif : le passage des banques au Cloud. Un article de l’Agefi cadre la problématique en termes de sécurité et de réglementation :

Voir l’article.

Tandis qu’à travers une tribune, de nombreux jeunes ingénieurs reprochent au Gouvernement son manque d’ambition nationale en matière de Cloud et sa tendance à favoriser quasi exclusivement les Gafam :

Voir l’article.

Enfin, plus léger mais très intéressant, un papier de Marie-Eve Frénay sur Moneyvox dont le titre interpelle :

Lire l’article.

Une application de la finance comportementale à la banque de détail, où elle reste sous-utilisée.

Bonne lecture !

Score Advisor

Bookmark and Share