Les banques sur YouTube : les Françaises créent la surprise

The Financial Brand a récemment publié le Top 100 des banques sur YouTube. Tels qu’ils apparaissent, les résultats sont toutefois assez difficiles à interpréter et ils ne permettent guère de comprendre pourquoi les banques enregistrent des succès contrastés sur ce réseau social. Quelques analyses complémentaires s’imposent.

Qu’est-il arrivé à Tookam?

C’est (c’était ?) la banque la plus sympa de France. En 2011, le Crédit Agricole Pyrénées Gascogne, l’un des établissements français les plus ouverts à l’innovation, lançait Tookam, une banque en ligne connectée et solidaire du Sud-Ouest qui voulait révolutionner la banque. Aujourd’hui, Tookam est toujours en ligne et solidaire. Mais connectée ? La question mérite d’être posée. Que s’est-il passé ?

Comment gérer sa présence sur les réseaux sociaux ? Une question dépassée.

Il y a un peu moins d’un an, nous publiions une étude sur Dix stratégies percutantes de banques sur les réseaux sociaux. La question était alors de savoir comment les banques pouvaient gérer au mieux leur insertion dans ce nouvel univers et comment elles pouvaient y rentabiliser leur présence.

Depuis, les choses ont beaucoup évolué, ce qui nous a conduits à remanier complètement et à étoffer largement notre étude. Car, aujourd’hui, la question n’est plus de savoir ce que les banques doivent faire avec les réseaux sociaux mais en quoi les réseaux sociaux changent profondément les banques.

Banques et réseaux sociaux : déjà la déception ?

Dans la presse américaine, un certain nombre d’articles ont récemment posé la question, particulièrement à l’occasion de la publication d’une étude de Vanson Bourne, financée par Pitney Bowes Software, dans le cadre de laquelle, 3 000 internautes et surtout 300 responsables marketing de 7 secteurs (dont la banque) dans 5 pays (dont la France) ont été interrogés (voir par exemple : The Financial Brand).

Certaines banques commencent à se distinguer sur les réseaux sociaux

On écrit beaucoup sur les réseaux sociaux. Mais bien plus en général sous le registre prospectif ou sociologique que pour préciser ce qu’ils sont et ce qu’ils permettent. De sorte que tout ou presque reste à inventer. Les banques ont compté parmi les premières entreprises à investir les réseaux sociaux. Mais beaucoup ne s’en servent que comme vitrines ou comme SAV, ce pour quoi ils ne sont pas forcément bien adaptés. Quelques stratégies percutantes sont apparues cependant.