Ça s’active chez FINEXKAP, le babyfoot et les Legos mis à disposition des développeurs sont de côté. FINEXKAP s’est déjà illustrée pour avoir réussi, en 2014, la 3ème plus grosse levée de fonds parmi les startups françaises et la première dans le domaine des FinTech, avec 18 millions d’euros levés (6 millions en equity pour FINEXKAP + 12 millions pour le véhicule de refinancement sur FINEXKAP AM).

Fondée en 2012 par Arthur de Catheu et Cédric Teissier, Finexkap est la première plateforme de financement de trésorerie des entreprises (TPE / PME). Cette solution entièrement dématérialisée permet aux entreprises, quelle que soit leur taille, de céder via internet leurs factures en attente de paiement en toute simplicité, sans engagement de durée, ni de volume. Finexkap Asset Management : filiale à 100%, est une société de gestion de portefeuille agréée par l’Autorité des  Marchés  Financiers. Les factures proposées à la vente sur la plateforme de Finexkap sont achetées par les véhicules de refinancement gérés par Finexkap AM.

Aujourd’hui, à peine 4 mois après son lancement, la société enregistre déjà 3 millions € de factures achetées.

Quelles sont les clés de cette réussite ?

Alexis Gendreau, business developer qui a fait un passage dans les FinTech de Londres, nous explique les 2 principaux leviers : d’une part, la simplicité, la rapidité et la flexibilité de mise en œuvre et, d’autre part, le marché des petites et moyennes entreprises.

Photo A Gendreau

Rapidité, simplicité et flexibilité de mise en œuvre.

Tout comme les plateformes de crowdfunding(1), FINEXKAP se targue d’une mise en œuvre rapide et simple de son service.

L’entreprise qui souhaite céder une créance sait immédiatement si elle est « éligible », après avoir saisi son numéro SIREN sur le site de FINEXKAP. Ce point confirmé, toute l’opération de demande se fait en ligne. En cas d’acceptation, l’entreprise obtient le paiement de ses créances sous 72 heures (48 heures maximum pour l’acceptation de la demande puis 24 heures pour le paiement à réception des pièces justificatives numériques). Cette simplicité se retrouve aussi sur le mode de tarification, avec une commission fixe de 1,49% + 100€ par créance cédée de moins de 10 000€ et de 2,49% au-delà.

Pour donner une réponse instantanée, Finexkap s’appuie d’une part sur ses algorithmes de notation propriétaires, en accédant à l’information financière en partenariat avec les bases de données B2B, Altares et CreditSafe. D’autre part, l’éligibilité finale d’un dossier est qualifiée par l’équipe d’analystes crédit de Finexkap.

Autre point mis en avant : la flexibilité. La cession d’une créance n’engage pas les entreprises à en effectuer d’autres et aucune garantie personnelle ou caution n’est demandée.

Finexkap

Marché des petites et moyennes entreprises

Les PME restent son cœur de cible, comme en témoigne le webinar que tiendront ses co-fondateurs ce 30 Avril sur le financement non-bancaire pour les petites et moyennes entreprises (https://attendee.gotowebinar.com/register/7484783934621901826).

D’autre part, si quelques-unes font appel à FINEXKAP pour couvrir des tensions de trésorerie, la plupart l’utilisent pour financer une augmentation de besoin en fonds de roulement liée à leur développement d’activités, en particulier via internet.

La suite ?

A l’heure où l’affacturage connait une progression spectaculaire à l’international – même si tiré par des opérations unitaires spécifiques – avec une croissance en montant de plus de 40%, il reste à suivre de près comment FINEXKAP amorcera ce marché, qui représente 25% des opérations d’affacturage en 2014 (4).

Par ailleurs, dans un contexte où les PME restent financées à près de 90% par les banques, la croissance de FINEXKAP, en dehors du marché des PME en création, est à regarder de près.

Isabelle MALLARD/Score Advisor

(1) : cf notre billet Entretien avec Nicolas Lesur, Unilend

(2) : SourceASF-Lettre164/Mars2015:226milliardsd’opérationsd’affacturageen2014dont 57 milliards sur des opérations internationales.

Bookmark and Share

Commentaires fermés