Les comptes courants créditeurs (l’argent laissé en compte courant, sans rémunération, par les clients) a plus que doublé dans les banques françaises, jusqu’à représenter aujourd’hui un quart de leurs ressources en moyenne.

new 2

Les taux très bas dissuadent les particuliers de placer leur argent sur des supports d’épargne. Un tel comportement peut susciter l’apparition d’une situation de « trappe à liquidités » : peu confiants dans l’avenir, notamment du fait de l’impossibilité de se constituer une épargne de moyen terme suffisamment rémunérée, les particuliers renoncent à la consommation en même temps qu’ils conservent leur argent sous la forme la plus liquide. Cela pénalise au total autant l’activité que l’investissement – surtout si, élevés, les prix limitent l’accès au marché immobilier. Faut-il ajouter que, dans une telle situation, toute augmentation de la fiscalité ne peut, bien entendu, qu’être particulièrement mal reçue !?

Score Advisor

Bookmark and Share