Ce qui est intéressant avec la digitalisation et l’automatisation, c’est qu’elles peuvent conduire à une véritable floraison des offres, très loin de les banaliser. Démonstration avec un process classique, dont on ne peut pas dire qu’il suscitait jusque-là une grande imagination de la part des banques : le traitement de la paie pour les entreprises clientes.

En fait, quels que soient les process, on retrouve souvent une même séquence de démarches.

D’abord, on automatise, en recherchant à simplifier et à optimiser les tâches :

e-salaires

La nouvelle solution oblige à quelques efforts didactiques à l’adresse des clients, qu’on s’épargnait souvent auparavant :

bofa

 On s’adapte aux différentes cibles et à leurs besoins particuliers :

cheque emploi associatif

On propose des compléments :

cep

Ces compléments débouchent eux-mêmes sur des offres plus globales :

Image1

Et l’on associe à l’offre d’autres solutions de gestion, comme des cartes prépayées pour les employés :

de93ff180bdddc508e7e3cf765a524efa58ab779

Mais qui est « on » en l’occurrence ? Personne ! Et c’est un trait frappant du marketing bancaire : comme si elles manquaient d’une vision d’ensemble, les innovations restent assez longtemps très disséminées d’un établissement à l’autre. A ce stade, très peu ont ainsi accompli plus de deux ou trois des six démarches ci-dessus.

Score Advisor

Bookmark and Share