Vers une pénurie de crédit sans alternative en zone euro ?

Dans une récent Flash Economie de Natixis (29 mars 2019), Patrick Artus affirme que la désintermédiation des financements sera une conséquence inévitable de l’affaiblissement des banques, si la situation actuelle se poursuit. Il faut entendre par là que les banques seront de moins en moins capables de financer l’économie, de sorte qu’entreprises et particuliers devront se tourner vers d’autres prêteurs… qui pour le présent n’existent quasiment pas !

Point valorise le temps

Créée en 2015 à Palo Alto, la startup Point a beaucoup fait parler d’elle l’année dernière aux USA, sa première levée de fonds ayant attiré non seulement des investisseurs importants comme Andreessen Horowitz mais encore et à titre individuel, ce qui est assez rare pour une jeune pousse aussi jeune, quelques figures de la finance américaine comme Laurence A. Tosi (CFO de Blackstone) ou Vikram Pandit (ex CEO de Citi). La question se pose donc : pour ne pas être tout à fait nouvelle, la formule de financement immobilier que développe Point parait forte et originale. Est-elle susceptible d’être développée  à une large échelle ?

Parlera-t-on encore du crowdlending en 2017?

Rien ne va plus !  Depuis qu’Arnaud Laplanche, le créateur de la première plateforme mondiale, Lending Club, a été contraint de démissionner, les plus grands sites de P2P lending font l’objet de vives critiques aux USA. C’est en Asie que les financements sont les plus importants (l’équivalent de 94,6 milliards € en 2015) mais le scandale d’Ezubao, l’une des principales plateformes chinoises, a semé le trouble. En Europe, les 5,4 milliards € de financements réalisés en 2015 l’ont été à 82,6% au Royaume-Uni ! Partout ailleurs, le crowdlending végète.  En France, il y aurait 27 plateformes différentes qui toutes ensemble ont réalisé des financements à hauteur de 122 ou de 196,3 millions € en 2015 ; cela dépend des sources mais, quoi qu’il en soit, de tels montants ne représentent pas ce que financent trois agences bancaires ! La presse, cependant, continue encore souvent à présenter le crowdlending comme « un moyen efficace et rapide d’obtenir un financement » pour les entreprises. Celles-ci se ruent sur les plateformes, nous explique-t-on. Il faut croire qu’elles se précipitent contre un mur ! Car ces plateformes sont bien plus sélectives que les banques. Avec cela, pourtant, aucune d’entre elles ne serait encore rentable. Bref, le crowdlending ne prend pas en France. Que se passe-t-il ?

Quel(s) crédit(s) pour l’économie du partage?

L’économie du partage va-t-elle faire apparaître de nouvelles formes de financement ? Des crédits partagés, par exemple ? Nous n’avons pas la réponse ! Mais la question mérite certainement d’être posée. Notamment à propos du lancement de Ford Credit Link, une solution de crédit partagé qui a été largement saluée et quasi unanimement présentée comme une solution tout à fait innovante – ce qui n’est pourtant pas si sûr. Ouvrons le débat.

Des solutions originales en finance participative (VI) : Metro Bank et Zopa, l’avenir du prêt P2P en question

Dans un précédent billet, nous avons souligné quelle menace une plateforme de crowdlending de la taille du LendingClub est à même de représenter pour les banques. Nous avons également signalé que la plupart des banques n’ont sans doute pas encore exactement pris conscience de cette menace. Celle-ci trouve cependant une première réponse avec l’accord que Metro Bank et Zopa ont conclu il y a quelques mois.

Des solutions originales en finance participative (V) : LendingClub, un modèle qui sape celui de la banque universelle

Introduit en bourse à la fin de l’année dernière et ayant largement devancé ses concurrents directs, comme Prosper, LendingClub est devenu le n°1 mondial du crowdlending, du prêt direct P2P. Or, LendingClub est également l’un des acteurs les plus originaux dans le domaine de la finance participative et, alors qu’il étoffe ses offres, commence à apparaître la menace considérable qu’il représente pour les banques. Étrangement, ce point n’est pourtant guère souligné, tandis que, comme challengers des banques, on continue plutôt d’attendre les grands de l’internet ou les opérateurs téléphoniques. D’ailleurs, les banques elles-mêmes ont-elles bien saisi la menace ?

Des solutions originales en finance participative (IV) : Tilt, l’innovation parfois doit attendre

Vous qui êtes sur ce site, vous savez certainement ce qu’est le crowdfunding et, au moins en gros, comment il fonctionne. Pour vous, c’est probablement un nouveau mode de financement innovant, séduisant, qui a réussi sa percée et dont on attend maintenant de voir quelle ampleur il va prendre. Et si l’on vous disait que cette image que vous avez du crowdfunding correspond déjà à un modèle dépassé et insuffisamment abouti, quelle serait votre réaction ?

Des solutions originales en finance participative (III) : le crowdfunding innove au niveau local. Clearbon et la Slow Money

La finance participative semble désormais s’engager dans deux directions très différentes. Selon la première, elle devient de plus en plus globale et se rationalise. Selon la seconde, elle privilégie un ancrage local et s’efforce d’y servir des intérêts de portée sinon sociale, au moins générale. Dans un précédent billet, nous avons présenté Look&Fin, qui illustre bien la première orientation. Sous la perspective de la seconde, nous nous attacherons ici à parler d’une startup particulièrement intéressante : Clearbon.