Comment séduire les seniors ?

Vaste question ! Les seniors représentent une population aussi intéressante pour les banques qu’hétérogène et donc difficile à cibler en tant que telle. Surtout, beaucoup de seniors et notamment les classes d’âge du Baby boom ne se perçoivent pas du tout « vieux ». Les erreurs de communication sont fréquentes ainsi et, en termes d’approche, il convient particulièrement de signaler à cet égard celle de Vantage Credit Union aux USA.

Bitcoin ? Et puis quoi encore ?

Lu récemment sur un blog : « Comment se protéger ? Investir dans des actifs réels comme l’immobilier, et l’or (physique uniquement) bien sûr. Et concernant la gestion de ses comptes proprement dit ? J’ai parlé de la solution Paypal. Il y a aussi le Bitcoin, et cela je vous en reparlerai d’ici quelques semaines… ». Bigre ! Notre impatience est trop forte et, constatant une fois de plus que la crédulité est décidément l’une des dimensions les plus fascinantes de la finance, voilà nos conseils pour faire, assez facilement, pas mal d’argent.

La stratégie du Crédit Mutuel Arkéa

Récemment, un lecteur étranger nous a posé la question suivante : « d’après l’un de vos derniers billets, beaucoup d’établissements bancaires français vous paraissent en panne stratégique et vous semblez douter que les grands Plans, dont les banques sont coutumières, puissent vraiment y remédier. Malgré tout, quel est selon vous l’établissement français dont la stratégie se distingue actuellement le plus de celle des autres ? ». Nous lui avons répondu que pour nous, sans hésitations, le Crédit Mutuel Arkéa poursuit la stratégie la plus innovante, non seulement en France mais par rapport à la plupart des exemples étrangers que nous pouvons connaître.

 

Mettre leurs clients en réseau, un nouvel eldorado pour les banques ?

L’idée est simple : les grandes banques ont beaucoup de clients, souvent très fidèles. Si elles arrivaient à faire qu’ils se parlent et entrent régulièrement en contact, ce serait un argument de fidélisation de poids. Et s’ils faisaient des affaires ensemble, ce pourrait être de plus une manière de capter de nouveaux flux.

Banques et réseaux sociaux : déjà la déception ?

Dans la presse américaine, un certain nombre d’articles ont récemment posé la question, particulièrement à l’occasion de la publication d’une étude de Vanson Bourne, financée par Pitney Bowes Software, dans le cadre de laquelle, 3 000 internautes et surtout 300 responsables marketing de 7 secteurs (dont la banque) dans 5 pays (dont la France) ont été interrogés (voir par exemple : The Financial Brand).

Un point sur l’évolution des réseaux d’agences bancaires à ce stade

En France, les transactions en agence baissent en moyenne de 9% par an. Aux USA, elles ont baissé de 25% en 5 ans, passant de 10 200 transactions en moyenne par agence à 7 600 par mois. Dans un contexte multicanal, la question du rôle et même de l’avenir des agences bancaires est posée.

C’est un sujet difficile : les transactions baissent certes mais 95% des ouvertures de compte ont toujours lieu en agence ; lesquelles ne sont pas désertées mais voient plutôt une part croissante de leur clientèle perdre l’habitude de s’y rendre fréquemment. On peut comprendre dès lors qu’à ce stade peu d’établissements aient encore vraiment pris le problème à bras-le-corps.